dcri

vu sur Numerama

La DCRI espionnerait déjà des ordinateurs à distance


Selon le Canard Enchaîné les services de renseignements intérieurs pratiqueraient déjà des captations de données informatique à distance dans le cadre d'enquêtes administratives. Sans attendre le projet de loi LOPPSI qui doit autoriser cette pratique exclusivement sous le contrôle du juge d'instruction.


L'article 23 du projet de loi Loppsi, dont l'examen en seconde lecture a été repoussé à la mi-décembre, prévoit que la police judiciaire peut "mettre en place un dispositif technique ayant pour objet, sans le consentement des intéressés, d’accéder, en tous lieux, à des données informatiques, de les enregistrer, les conserver et les transmettre, telles qu’elles s’affichent sur un écran pour l’utilisateur d’un système de traitement automatisé de données ou telles qu’il les y introduit par saisie de caractères".

Il précise qu'il est possible de procéder à "la transmission par un réseau de communications électroniques de ce dispositif", le tout étant strictement encadré sous le contrôle du juge d'instruction, qui est le seul habilité à autoriser ces opérations, pour une durée définie, et avec un certain nombre de conditions très détaillées.

Or le Canard Enchaîné accuse ce mercredi la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI) de procéder déjà à un espionnage d'ordinateurs privés à distance. Dans une dépêche, l'AFP indique que la DCRI a renvoyé ses questions vers la direction générale de la police nationale (DGPN), laquelle n'a pas répondu.

Ainsi les services de police n'auraient pas attendu la loi pour installer les mouchards, et le feraient sans aucun encadrement juridictionnel. L'agence cite le Canard Enchaîné, qui indique selon un hacker de la DCRI que ces opérations seraient réalisées "en off, directement avec un opérateur [à qui] on demande l'adresse informatique de l'ordinateur à ausculter".

De quoi ajouter de l'eau à notre moulin, lorsque nous demandions pourquoi les opérateurs télécoms sont épargnés par la polémique dans l'affaire des factures détaillées de journalistes, obtenues hors de tout cadre légal.

*  *  *

vu sur : Korben.info

Finalement, la loi Loppsi est déjà appliquée par le gouvernement


La loi Loppsi qui n’est même pas encore adoptée, permettra au gouvernement de pratiquer un cyber-toucher-rectal à l’insu des français (pardon pour la poésie) :

  • En vidéo-surveillant le moindre coin perdu
  • En bloquant un peu tout et n’importe quoi sur le net. D’abord les fameux sites pédophiles dont tout le monde parle mais que personne n’a vu sauf des milliers d’enfants sans logiciel de contrôle parental ^^, puis les comptes twitter de terroristes d’Al Quaïda, pour ensuite se finir sur des sites qui seront peut être des blogs comme le mien, va savoir…)
  • Et bien sûr en « captant » tout type de donnée qui entre ou qui sort de votre ordinateur ou de votre téléphone selon les enquêtes diverses et variées en cours.

C’est ce dernier point qui m’intéresse ici. D’un côté, je me dit cet espionnage des français est une bonne idée car au final, cambrioler les rédactions de journalistes pour leur voler des ordinateurs, c’est toujours très risqué pour le gouvernement et au final, ça coûte cher en portes.

RUE_89_CAMBRIOLE


Puis d’un autre côté, je me dis que cet espionnage sera forcement utilisé à mauvais escient. « A grand pouvoir, grandes responsabilités », il parait… Mais depuis 2007, c’est plutôt une démonstration permanente de « A grandes responsabilités, grand abus de pouvoir ». Bref, qui surveillera les surveillants et toutes ces conneries… Et bien comme d’hab : PERSONNE ! (enfin si, normalement, un juge d’instruction qui s’il ne subit pas de pressions ou de mutation à Cayenne fera peut être son travail de manière indépendante)

Bref, la Loppsi est dans la continuité d’Hadopi et de toutes ces merdes : Imposer le filtrage et l’espionnage de nos communications électronique. Enfin, ça vous le savez déjà et je ne vous apprend rien.

Mais la petite french touch du jour, c’est que même si la loi Loppsi n’est pas encore adoptée, et bien certains l’appliquent déjà… A savoir la Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI) qui selon le Canard Enchainé d’hier, utiliserait déjà des mouchards hors cadre juridique (donc ça revient au « PERSONNE » dont je vous parlais 3 lignes plus haut). D’ailleurs, si la DCRI le fait, je ne vois pas ce qui empêcherait les autres organismes de l’Etat (OCLCTIC, BEFTI, ICC, IRCGN, STRJD, NTECH, C-NTECH sans oublier la justice) de faire pareil aussi…

C’est la fête quoi ! Selon un informaticien travaillant pour le compte de la DCRI, (et je cite numerama) : toutes ces opérations seraient réalisées « en off, directement avec un opérateur à qui on demande l’adresse informatique de l’ordinateur à ausculter« . Bravo les FAI qui font les gourgandines pour le compte de la DCRI !

Bon, en même temps je le savais car je vois passer leurs IP dans mes logs (perso et serveur)….

Et pendant ce temps là, à la DCRI : « Oh..Ohh, Ohhh, putain Michel, y’a Korben qui nous à gaulé ! T’as encore oublié d’activer ton Pare feu OpenOffice connecté à Tor pour espionner son compte twitter ???? On est dans la merde !!! Comment je vais expliquer à ma femme que Sarko m’a muté à Saint Pierre et Miquelon à cause de ta connerie ? »

Mais noooooon, Michel, tu peux rassurer ton chef, il s’agit d’une blaaaaagounette hein. Bon par contre, j’ai ton IP, alors fais gaffe !!